An Gren Kouler

Aller au contenu

Menu principal

Projet...

Jeunesse solidaire :
Projet des élèves du lycée Moulin Joli en partenariat avec la Banque Alimentaire des Mascareignes (BAM).



En tant que lycéens, nous sommes une communauté d'environ 50 000 personnes, soit 6,5% de la population à La Réunion. Mais nous avons en réalité, de par les liens profonds qui nous unissent à d'autres membres de la population réunionnaise, qu'ils soient de nature familiale ou autre, un impact considérable dans toute l’île.
Ainsi, nous sommes conscients de l’immense pouvoir qui est le nôtre, celui du retentissement que pourrait prendre une mobilisation de notre part.
En phase de rentrer dans l'âge adulte nous, jeunes Réunionnais sommes autant que tout autre citoyen sensibles à l'augmentation des inégalités et à la baisse du niveau de vie auxquelles doivent faire face une grande partie de la population, dont nous faisons partie intégrante. C'est dans cette optique de solidarité que nous avons décidé de nous mobiliser.
Au vu de la journée de collecte en partenariat avec la banque alimentaire mondiale du 21/05 à l'initiative de la classe de SEP, et voulant être une jeunesse solidaire des plus démunis, nous nous sommes interrogé sur les façons de rendre encore plus efficace la collecte de nourriture au niveau des lycées.

I. Les principaux points du projet.

-Un partenariat avec la Banque Alimentaire des Mascareignes dont nous donnerons les détails ci-après.
-Une semaine de mobilisation par trimestre dans le maximum de lycées de l'île. La première édition aura lieu au mois d'octobre au lycée Moulin Joli de La Possession.
-Un groupe d’une dizaine d’élèves par lycée, des filières professionnelles, technologiques et générales qui feraient fonctionner le projet tout au long de l'année : en effet, cette initiative est portée par la jeunesse réunionnaise, et nous souhaitons légitimement être au cœur de celle-ci. L'implication demandée à ces élèves ne sera pas excessive afin d'inscrire ce projet sur le long terme.
-À moyen terme une extension du projet.

a. Notre partenariat.

Nous sommes en contact avec la Banque Alimentaire des Mascareignes : les termes de notre coopération ont été discuté durant la réunion qui a eu lieu le 12/06 au siège de la BAM.
Divers aspects techniques y ont été abordé.
En tant que partenaire, la Banque Alimentaire s'occupera de l'acheminement des denrées du lycée concerné par la collecte aux populations auxquelles elles sont destinées.

b. La mise en place technique du projet.

Nous avons eu l’autorisation de l’administration pour la réalisation du projet. Ainsi, il nous apparaît utile de préciser son fonctionnement comme nous le concevons à l’heure actuelle, bien qu’il risque d’être certainement soumis à quelques légères modifications.

  Le projet reposerait sur une équipe d’une dizaine de volontaires par établissement : nous souhaitons comme précisé plus haut associer le plus grand nombre d’élèves à notre démarche et pour cela le groupe de volontaires doit être issu autant que possible des différentes filières (professionnelles, générales et technologiques) qui pourraient de par leurs compétences spécifiques être complémentaires.
  Ces élèves seraient au départ « fédérés » par deux professeurs, un professeur du lycée général et un professeur du lycée professionnel, le rôle de ces derniers serait ensuite de l’ordre de la supervision : notre objectif est en effet que ce soit nous, futurs adultes qui prenions en charge ce projet, nous voulons démontrer que nous en sommes capables. Les personnes fédératrices pourraient aussi être les documentalistes ou les CPE.
 Pour faciliter la mise en place du projet dans le champ le plus vaste possible, nous avons envisagé la confection d’une fiche d'indications (une « charte ») pour mettre en place le projet dans le lycée. Des précisions sur celle-ci pourront être apportées.

Plusieurs problèmes sont encore à l’étude :
-Les moyens de collecte : Nous avons pensé à de grosses boîtes métalliques disposées dans plusieurs endroits du lycée et qui seraient vidées midis et soirs par nos bénévoles, afin de les stocker. La Banque Alimentaire s’est engagée à nous subventionner la fabrication de ces boîtes.
-Le lieu de stockage pose dans chaque lycée un problème. Il faut savoir que la Banque Alimentaire des Mascareignes s'est engagée à nous fournir des cartons et des palettes pour les aliments récoltés, mais il va falloir les entreposer dans un endroit sécurisé.
La délégation de responsabilité commence là : ce sera à chaque lycée d'adapter la pratique en fonction de ces possibilités.

 
II. La politique d'extension du projet.

a. Le point de départ : le lycée Moulin Joli.

Lors de la semaine de mobilisation au lycée Moulin Joli nous souhaiterions inviter les membres des comités de vie lycéennes (CVL) du bassin Ouest de l'île dans notre lycée (notre administration consent à cette action, reste la mise en place qui est en cours d’étude). En effet, nous pourrions leur montrer le fonctionnement de notre action. La Banque Alimentaire des Mascareignes a proposé de présenter une conférence, et nous réaffirmons le fil rouge de notre projet : c'est la jeunesse réunionnaise qui doit s'adresser à la jeunesse réunionnaise, c'est là que notre projet trouve tout son sens. Ainsi, ces jeunes pourraient diffuser dans tous les lycées de l'Ouest notre message et commencer à mobiliser.   

b. La communication.

Sont présentés ci-dessous les moyens envisagés pour cette diffusion :
-Des affiches seront confectionnées avec l'aide de la bénévole chargée de communication de la Banque Alimentaire des Mascareignes  avec qui nous serons amenés à travailler. L'impression pourrait aussi être partiellement assurée par la Banque Alimentaire des Mascareignes, sur leur proposition.
Nous sommes aussi en train de réfléchir à la possibilité de déposer un dossier à la Région, dans le but d'avoir un écho encore plus important et des moyens pour l'impression.

-Des passages dans les classes seront aussi effectués : nous pourrons ainsi faire porter notre voix aux autres élèves du lycée pour les mobiliser pleinement et faire de la semaine de mobilisation un réel succès. En effet, pour une collecte encore plus importante, nous souhaitons demander aux élèves non seulement de rapporter des aliments en provenance de chez eux, mais aussi d'en parler autour d'eux et d'élargir si possible les dons aux membres de leur famille.

c. Les différents moyens envisagés pour l'extension.

  Le projet étant amené à débuter sur la commune de La Possession, nous avons pris contact avec la mairie, afin d’élargir le soutien au maximum.
Nous nous opposerons fermement à toute tentative de récupération politique du projet, et réaffirmons d'ors et déjà l'objectif de notre projet qui est uniquement de permettre de récolter de la nourriture pour les personnes les plus défavorisées. C'est aussi ce qui est apparu lors de l'entretien, nous avons eu à maintes reprises la confirmation de cette non-politisation de l'opération (et nous y veillerons).
  Ainsi, notre coopération avec la mairie pourrait avoir lieu dans un cadre précis qui serait la diffusion d'un communiqué dans la presse avant l'opération afin d'encourager les Possessionais à nous soutenir (par des dons aux adolescents qu'ils connaissent par exemple) afin de ramener un maximum de nourriture au lycée. Il a aussi été évoqué la possibilité du soutien de Vanessa Miranville matérialisé par sa venue durant une journée lors de la semaine de mobilisation.
L’administration n’y voit aucun inconvénient, au contraire.  
Il serait extrêmement intéressant de coordonner la venue de Vanessa Miranville (si elle venait à avoir lieu) et la journée avec les CVL des autres lycées : l’impact n’en serait que plus grand.
  Il a aussi été envisagé lors de l'entretien à la mairie de passer par les associations intercommunales pour faire diffuser le projet. Pour satisfaire le but poursuivi, nous n'excluons aucun moyen de communication.

-Nous souhaiterions nous appuyer sur le Comité Académique de la Vie Lycéenne (CAVL) afin de donner réellement une dimension régionale à notre projet. Le dépôt d’un dossier à cette instance est en cours d’étude.




L'année 2014 a été proclamée par la Région année de la Jeunesse, et La Réunion veut bien entendu se positionner pour tous ces jeunes comme une terre d'avenir. Nous souhaitons, nous futurs adultes, nous impliquer le plus tôt possible dans la vie de la cité, au service des autres, pour une société plus humanisée. Nous préconisons ainsi la mise en place de réseaux de solidarité, le plus vaste possible qui reposera sur nous, jeunes Réunionnais. Pour cela, nous avons besoin  de votre soutien, et nous faisons appel à votre expérience. Nous ne pensons pas nous tromper quand nous affirmons que chaque être humain est sensible à la misère d'un autre, et qu’à partir du moment où la prise de conscience s’effectue, l'aider devient une priorité en fonction de ses capacités. Vous pouvez nous donner les moyens de réaliser un grand projet, porté par la jeunesse, et soutenu par les générations qui nous précédent.


Retourner au contenu | Retourner au menu